Le vrai changement c’est quand ?

Publié le par Thierry

François Béranger avait posé cette question en 1981, peu après l'arrivée de François Mitterand au pouvoir. Pareille question est plus que jamais d'actualité en ces temps de pré-explosion sociale.

François Béranger avait l'art de dire les choses sans circonvolutions, sans mettre d'eau dans son vin.
Pas vraiment le genre "politiquement correct", ni d'ailleurs le genre "politiquement incorrect" qui n'est qu'une autre façon d'anesthésier les consciences. Il forçait parfois un peu le trait ("L'état de merde" par exemple), à peine d'ailleurs, mais derrière quelques expressions "grossières" et quelques raccourcis hilarants se révelait la subtilité du libre-penseur et de l'artiste.

"Tranche de vie" , la première chanson de Béranger sort en 1969, un an après les événements qui auront été un élément déclencheur pour l’avenir de ce "gratouilleur" qui embrassera après cela la carrière de chanteur.

François Béranger ne chantait pas pour plaire, mais pour ne pas se taire. Rarement joué par les radios, il n’a pratiquement pas fait de télé ; jugé trop insurgé, simplement parce qu’en commentant l’actualité, il savait pointer le manque d’humanité, le besoin de résister.

A défaut de monopoliser les radios et la TV, François Béranger se découvre entre amis, comme un livre interdit ayant échappé à l'autodafé. C'est la rencontre d'un grand frère qui a su mettre en paroles et en musique nos révoltes et nos espoirs, avec une irrévérence que nous n'avons pas osé exprimer et un humour effronté propre à la connivence.

On ne citera certainement pas son nom lors de ce quarantième anniversaire qui s’annonce déjà comme une tentative d'enterrement de première classe.


C’est pourquoi il fallait le faire.

Si les leaders de mai 68 ont pris du bide, les chansons de Béranger n’ont pas pris une ride.
« Les purs et durs du premier rang » sont gentiment rentré dans le rang, jetant le bébé libertaire avec l’eau du bain libéral.

La chanson « Mamadou m’a dit » dénonce t-elle une époque révolue ?
Pourquoi les élections nous font souvent penser à « Magouille Blues » ?
 
Quand Béranger chantait « En avant pour le grand bon en arrière », on prenait ce texte comme un avertissement, nous ne nous attendions pas à ce qu’il dépeigne aussi justement notre situation actuelle.


Je sais bien qu’une chanson
C’est pas tout à fait la révolution
Mais dire les choses c’est déjà mieux que rien
Et si chacun f’sait la sienne dans son coin
Comme on a les mêmes choses sur le cœur
Un jour on pourrait chanter en chœur...


Manifeste, 1974


L'hommage à François Béranger, "Tous Ces Mots Terribles", sera disponible dans toutes les bonnes crèmeries LUNDI 21 AVRIL.

 Mardi 15 avril à partir de 19h, diffusion en avant première
Confluences
190 bd de Charonne
75020 Paris - M° Alexandre Dumas

Tous ces mots terribles

CD Hommage à François Béranger


Loïc Lantoine - Y’a Dix Ans 
Raoul Petite - Mamadou M’a Dit
Tryo - Ma Fleur
Les Blaireaux - Antonio
Jeanne Cherhal - Rachel
Jamait - Le Monument Aux Oiseaux
Marcel Et Son Orchestre - Magouilles Blues
Michel Bühler - Le Vieux
La Rue Kétanou - La Fille Que J’aime
H.F. Thiefaine - Tranche De Vie
Sansévérino - Bresils
Mell - Manifeste
Les Szgaboonistes - En Avant
Gérard Blanchard - Tous Ces Mots Terribles
Edgard Ravahatra - Dans Les Arbres
Tony Truant - La Gigue De La Reine
Emmanuelle Béranger - Dure Mere

 http://www.myspace.com/touscesmotst...


Publié dans Actu

Commenter cet article