L'humanité grise

Publié le par Thierry

un roman pour faire la paix


Dans le cadre de la journée internationale de la paix, la bibliothèque de Malakoff a organisé, le samedi 27 septembre une rencontre-débat sur l’amitié en temps de guerre intitulée Mensonges de guerre : l’Irlande, 30 ans pour un accord.

 

En tant que journaliste, Sorj Chalandon, l'invité de cette rencontre, a relaté avec professionnalisme et objectivité les événements majeurs du conflit nord-irlandais: les grèves de la faim du début des années quatre-vingt, les attentats meurtriers de l’IRA commis sur sol anglais, le soulèvement des ghettos catholiques, la résistance des quartiers loyalistes fidèles à la Couronne britannique ou encore les cessez-le-feu suspendant les hostilités.


En tant qu’homme, son cœur a clairement balancé du côté des républicains catholiques, discriminés par la majorité unioniste et opprimés par «l’envahisseur» britannique. Sorj Chalandon a endossé la cause, a noué de solides amitiés, a cru en la sincérité de ces hommes et de ces femmes prêts à tout perdre au nom d’un idéal.


Pourtant, même parmi les plus justes, rôdaient des traîtres. Pour évoquer ses années de bruit et de fureur, l’ex-journaliste de Libération se dissimule derrière Antoine, un luthier parisien. Il explore avec beaucoup de franchise et de sensibilité le double drame d’une amitié galvaudée et d’un engagement militant cruellement trahi.


Mon traître, son dernier roman, est fascinant et émouvant car Sorj Chalandon a vécu la même histoire qu’Antoine. Son traître à lui s’appelait Denis Donaldson, républicain notoire qui a été abattu en 2006 dans un petit cottage du Donegal, sans que personne ne revendique l’acte ni ne soit poursuivi. Blessé d’avoir été trahi par un ami, Sorj Chalandon utilise la fiction pour essayer de comprendre ce qui peut entraîner une telle félonie.




Le mouchard  "The informer" de John Ford

"Hunger" revisite le martyr carcéral de Bobby Sands


le 26 novembre est sorti le dernier film du réalisateur britannique Steve McQueen, Caméra d'Or au dernier Festival de Cannes, qui retrace la résistance politique de Bobby Sand dans la terrible prison de Maze, décédé en détention le 5 mai 1981, après 66 jours de grève de la faim.

Un théâtre brutal et nauséabond, où des prisonniers consentent à tous les sacrifices pour se faire entendre.


Sorj Chalandon a écrit un article sur ce film sur le site Rue89

www.rue89.com/2008/11/26/hunger-autopsie-nue-et-crue-de-lassassinat-de-bobby-sands




 

Le fim passera au cinéma Marcel Pagnol à Malakoff

les vendredi 19/12 à 20h30, samedi 20/12 à 18h, 

dimanche 21/12 à 18h et lundi 22 /12 à 20h30

 

 

 

Hunger
envoyé par COMME-AU-CINEMA


Publié dans Culture

Commenter cet article