L'état, c'est chacun de nous !

Publié le par Thierry

1968-2008, la révolution de mai 68 en France souffle cette année ses 40 ans. Pour marquer l'événement, et en guise de cadeau d'anniversaire, un florilèges des slogans de l'époque :


  • Cours camarade, le vieux monde est derrière toi.
  • Contestation. Mais con d'abord. (Escalier C, Nanterre)
  • Dieu, je vous soupçonne d'être un intellectuel de gauche. (Condorcet)
  • Penser ensemble, non. Pousser ensemble, oui. (Assas)
  • Les murs ont des oreilles. Vos oreilles ont des murs. (Sciences Po)
  • Mettez un flic sous votre moteur. (Censier)
  • Jouissez sans entraves. Vivez sans temps morts. Baisez sans carottes. (Ascenseur, Cité U. Nanterre)
  • La liberté, c'est le droit au silence. (Censier)
  • Ne vous emmerdez plus ! Emmerdez les autres ! (Hall C, Nanterre)
  • Participez au balayage. Il n'y a pas de bonnes ici. (Beaux-Arts)
  • La liberté n'est pas un bien que nous possédions. Elle est un bien que l'on nous a empêché d'acquérir à l'aide des lois, des règlements, des préjugés, ignorance... (Nanterre)
  • Quand le doigt montre la lune, l'imbécile regarde le doigt. (Proverbe chinois, Conservatoire de Musique)
  • Il est interdit d'interdire
  • Dessous les pavés, c'est la plage !
  • Soyez réalistes, demandez l'impossible !
  • Désirer la réalité, c'est bien ! Réaliser ses désirs, c'est mieux !
  • Le rêve est réalité
  • L'imagination prend le pouvoir
  • Nous ne voulons pas d'un monde où la certitude de ne pas mourir de faim s'échange contre le risque de mourir d'ennui
  • Je suis marxiste tendance Groucho
  • Les utopistes sont ceux qui croient qu'en changeant les structures sociales, on changera l'esprit des hommes
  • Je décrète l'état de bonheur permanent
  • Vivre sans temps mort, jouir sans entraves
  • L'économie est blessée, qu'elle crève !
  • L'œuvre d'art à venir, c'est la construction d'une vie passionnante
  • Consommez plus, vous vivrez moins
  • La perspective de jouir demain ne me consolera jamais de l'ennui d'aujourd'hui
  • La liberté d'autrui étend la mienne à l'infini (Bakounine)
  • Ceux qui parlent de révolution et de lutte de classes sans se référer explicitement à la vie quotidienne, sans comprendre ce qu'il y a de subversif dans l'amour et de positif dans le refus des contraintes, ceux-là ont dans la bouche un cadavre (Raoul Vaneigem)
  • Ne vous emmerdez plus, merdifiez. (Censier)
  • Autrefois, nous n'avions que le pavot. Aujourd'hui, le pavé. (Nanterre)
  • Vous finirez tous par crever du confort. (Nanterre)
  • La forêt précède l'homme, le désert le suit. (Sorbonne)
  • Ils pourront couper toutes les fleurs, ils n'empêcheront pas la venue du printemps.
  • Le n'importe quoi érigé en système. (Nanterre)
  • Le respect se perd, n'allez pas le rechercher. (Condorcet)
  • Déboutonnez votre cerveau aussi souvent que votre braguette. (Odéon)
  • A bas le réalisme socialiste. Vive le surréalisme. (Condorcet)
  • Laissons la peur du rouge aux bêtes à cornes. (Beaux-Arts)
  • Ne me libère pas, je m'en charge. (Nanterre)
  • Ni robot ni esclave (Censier)
  • A poil le 5e étage (Nanterre)
  • Il faut du rouge pour sortir du noir. (censier)
  • Exagérer, c'est commencer d'inventer (Censier)
  • Tout pouvoir abuse. (Nanterre)
  • Le pouvoir absolu abuse absolument (Nanterre)
  • Faites l'amour et recommencez. (Odéon)
  • Jouissez ici et maintenant. (Fac de médecine)

Ca n'a rien à voir, mais voici un lien pour lire ce qu'écrivent deux communistes (André Gerin et Georges Haage) mécontents des alliances du PC, et d'une façon générale ce qu'ils pensent de l'état du PCF et de sa
direction...

http://socio13.wordpress.com/2008/03/20/des-communistes-mecontents-andre-gerin-et-georges-haage/

Publié dans Joli Mai

Commenter cet article